hiddenimage

AGE-WELL at CES: What happens in Vegas changes lives…

(Français)

Earlier this month Sin City turned into the geek capital of the world.  An estimated 170-thousand people descended on Las Vegas for the Consumer Electronics Show, now universally known simply as CES.

It is the showcase for gadgets that are new, innovative and occasionally wacky.  Some may change our lives.  Others likely will never be seen again.  On display were all manner of smart appliances, vehicles and electronics—everything from smart ear plugs that play calming sounds to help you sleep, to a TV that rolls up like a poster.

But CES is not only about shiny toys.  Because it has become such a huge event, it has also developed into a forum for serious discussions about the implications of technological change.

Which is why AGE-WELL’s Scientific Director Alex Mihailidis was invited to be a speaker.

It was part of the Digital Health Summit, a convention within a convention at CES that is marketed as a place for entrepreneurs “to find your next opportunity and use it to grow your business in this booming industry”.  The world’s largest and most influential technology conference clearly recognizes the profound impact innovation can have on health and well-being.

Mihailidis was a panelist at an event titled “What Happens in Vegas Changes Lives: Creating New Opportunities in Alzheimer’s care.” It was a high-powered panel.  The other participants were Terry Bradwell, Chief Enterprise Strategy and Innovation Officer for AARP (formerly known as the American Association of Retired Persons), an influential organization with more than 37 million members and Jeffrey Cummings, the Director of the Lou Ruvo Centre for Brain Health at the Cleveland Clinic.  The invitation to AGE-WELL was a testament to the international profile it has already built in its first year.

AGE-WELL’s Alex Mihailidis participating in CES panel through telepresence robot “Kubi."

AGE-WELL’s Alex Mihailidis participating in CES panel through telepresence robot “Kubi.”

Appropriately for an event at a tech conference, Mihailidis did not actually go to Vegas—doing his part remotely from his office in Toronto.  He was present in the conference room via a “telepresence” robot called Kubi, which was propped up on the sofa beside the other panellists.  Mihailidis controlled it from 36-hundred kilometres away, turning it to look at the audience or the other speakers.

The discussion was framed as “Alzheimer’s Journey”—a sharing of perspectives on what a person with this most common form of dementia goes through, and what their caregivers experience as the disease progresses.

Mihailidis’s role was to give a hard dose of realism: recognizing that of course technology has tremendous potential to help people with dementia, but that researchers, developers and marketers have stumbled in their early efforts.

“They’re coming up with good gadgets, but not the ones that people really need,” he said in an interview in advance of the panel.

He told the Las Vegas audience: “we have not fully recognized and appreciated the truly “wicked problems” that are faced by people with dementia.  A wicked problem is a problem that is difficult or impossible to solve because of incomplete and changing requirements that are often difficult to recognize.”

Researchers and developers, he said, have done a poor job of understanding the needs of the people they are trying to help.

Mihailidis said he constantly hears about apps that connect older people to the community, which are fine as far as they go, but are only helpful in the early stages of dementia.  The larger challenges come when people start forgetting essential things.  They forget to drink water and become dehydrated.  They forget to do up their pants after rising from the toilet and then injure themselves when they trip and fall.

“We need technology to deal with those very basic things,” he said.

The AGE-WELL Scientific Director told his audience that there are now research projects that are headed in the right direction.  He cited smart homes, with technologies that can monitor people with dementia and remind them to carry out basic self-care tasks.  There is work being done with robots that can interact with people and give them prompts that is it time to eat and on how to prepare a meal.  Sophisticated means of collecting “big data” in the home can allow health care professionals to monitor cognitive changes and predict the onset of dementia.

AGE-WELL is funding research projects in all of these areas and is requiring close consultation with older people and their caregivers to ensure the technologies meet the needs of those who will be using them.

There is much attention being paid to the potential of driverless cars in helping people with dementia, people who are no longer able to get behind the wheel themselves.  Although these vehicles are among the shiniest of all the high-tech gadgets on the scene today, Mihailidis urged caution, saying more research needs to be done to determine their true efficacy.

He concluded on a note that was both hopeful and challenging, saying that we are seeing products that will make a real difference in quality of life, but what is most desperately needed are solutions to the most difficult issues—in other words: the wicked problems.

The event was also an opportunity to showcase a new partnership for AGE-WELL.  The pharmaceutical company Otsuka America Pharmaceutical Inc. co-sponsored the panel.  It was announced that AGE-WELL, in collaboration with Otsuka and Aging 2.0 will be holding a pitch competition in Toronto on Saturday, July 23. The AGE-WELL Pitch Competition: Technology to Support People with Dementia will provide an opportunity for start-ups to showcase their brands to potential partners and customers. Entrepreneurs will have a chance to network with leading researchers, industry and investors at the networking reception.

AGE-WELL au CES – À Vegas, on change des vies…

Plus tôt ce mois-ci, la ville du péché a pris des allures de capitale mondiale des parfaits technophiles. Ils ont effectivement été quelque 170 000 à venir à Las Vegas dans le cadre du Consumer Electronics Show, maintenant tout simplement appelé CES.

C’est LE salon où technologies nouvelles, originales et parfois déjantées sont à l’honneur. Certaines pourraient changer des vies, d’autres risquent d’être reléguées aux oubliettes. On pouvait y voir toutes sortes de petits appareils, des véhicules et des gadgets électroniques, allant des bouchons d’oreille intelligents jouant des airs relaxants pour favoriser le sommeil au téléviseur qui se roule comme une affiche.

Mais le CES, c’est plus que de beaux joujoux. C’est un événement monstre, le lieu d’un dialogue sérieux sur les effets du progrès technologique.

Voilà pourquoi Alex Mihailidis, directeur scientifique d’AGE-WELL, faisait partie des conférenciers invités.

Ce dernier a participé au Digital Health Summit (sommet de la santé numérique), un congrès enchâssé dans le CES que l’on présente aux entrepreneurs comme une tribune visant à « tirer parti de nouvelles occasions à exploiter pour faire fructifier les affaires dans un secteur effervescent ». Ce congrès technologique sans égal à l’échelle mondiale en matière d’importance et d’influence reconnaît l’immense apport de l’innovation sur la santé et le bien-être.

Mihailidis était panéliste d’une séance intitulée What Happens in Vegas Changes Lives: Creating New Opportunities in Alzheimer’s care (À Vegas, on change des vies : élargir les horizons des soins aux personnes atteintes de l’Alzheimer). Et cette séance regroupait des invités prestigieux, dont Terry Bradwell, premier dirigeant, Innovation et stratégie d’entreprise pour AARP (anciennement la American Association of Retired Persons), une organisation influente comptant plus de 37 millions de membres, et Jeffrey Cummings, directeur du Lou Ruvo Centre for Brain Health, de la Cleveland Clinic. Le fait qu’AGE-WELL soit invitée illustre bien la réputation internationale que l’organisation a su se tailler à sa toute première année d’existence.

AGE-WELL’s Alex Mihailidis participating in CES panel through telepresence robot “Kubi."

Alex Mihailidis d’AGE-WELL a participé au panel du CES à distance, par robot Kubi.

Mihailidis n’était donc pas à Las Vegas, mais bien dans son bureau de Toronto. Voilà qui semble de mise pour un congrès sur la technologie! Il assurait ainsi une téléprésence robotique grâce à Kubi, installé sur un sofa parmi les autres panélistes. Mihailidis contrôlait le robot à 3 600 kilomètres de distance, notamment pour regarder le public ou les autres conférenciers.

La discussion avait pour thème le « périple de l’Alzheimer ». Il s’agissait d’un échange sur ce que vivent les personnes atteintes de cette forme la plus courante de la démence et les soignants, au fil de la maladie.

Mihailidis devait mettre les pendules à l’heure : sans manquer de reconnaître le potentiel immense des technologies pour aider les personnes atteintes de démence, il devait faire connaître la réalité, ce à quoi se butent les chercheurs, développeurs et spécialistes du marketing dans leurs premiers efforts.

« On propose des gadgets intéressants, mais ce n’est pas ce dont les gens ont réellement besoin », a-t-il affirmé en entrevue avant le panel.

Il a livré ce message aux personnes présentes à Las Vegas : « Nous ne comprenons pas encore tout à fait certains problèmes complexes que vivent les personnes atteintes de démence. Ces problèmes sont parfois impossibles à résoudre du fait que les besoins ne sont pas parfaitement cernés ou évoluent. »

« Les chercheurs et développeurs n’ont pas réussi à bien cibler les besoins des personnes qu’ils cherchent à aider. »

Mihailidis a mentionné entendre souvent parler de ces applications servant à mettre les personnes d’âge avancé en relation avec leur milieu. Tout cela est bien tant que celles-ci participent à la vie sociale, mais ces applis ne sont en réalité utiles qu’aux premiers stades de la démence. Les plus gros défis surviennent quand les personnes atteintes de démence commencent à oublier les choses essentielles. Elles oublient par exemple de boire de l’eau et se déshydratent. Elles oublient de remonter leur pantalon dans la salle d’eau, puis trébuchent et se blessent.

« Il faut une technologie pour ces éléments fondamentaux », selon lui.

Le directeur scientifique d’AGE-WELL a aussi indiqué aux gens présents que certains projets de recherche vont dans la bonne direction. À cet effet, il a cité l’exemple de la maison intelligente dotée d’un système de surveillance qui avertit les personnes atteintes de démence quand vient le temps d’effectuer certains soins personnels de base. On développe aussi des robots pouvant interagir avec les gens pour leur indiquer qu’il est temps de manger ou comment préparer un repas. Il existe par ailleurs certains moyens complexes de collecte de « mégadonnées » à domicile qui permettent les professionnels de la santé de suivre l’évolution cognitive de leurs patients et de prévoir l’apparition de la démence.

AGE-WELL finance des projets de recherche dans toutes ces sphères et elle tient à consulter étroitement les personnes d’âge avancé et leurs soignants pour s’assurer que les technologies répondent aux besoins des futurs utilisateurs.

Parlons, par exemple, du potentiel qu’offre la voiture sans conducteur, notamment pour aider les personnes atteintes de démence ne pouvant plus conduire. Même si ce type de véhicule haute technologie attire beaucoup l’attention, Mihailidis en a appelé à la prudence, affirmant qu’il fallait pousser la recherche pour déterminer la réelle efficacité d’un tel produit.

Il a conclu sur une note positive et pragmatique, affirmant que les produits capables de changer la qualité de vie existent bel et bien, mais qu’il y a avant tout urgence de trouver des solutions aux problèmes les plus complexes.

L’événement a aussi été l’occasion de présenter le nouveau partenaire d’AGE-WELL, soit la société pharmaceutique Otsuka America Pharmaceutical Inc., co-commanditaire du panel. On a aussi annoncé qu’AGE-WELL, en collaboration avec Otsuka et Aging 2.0, présentera une compétition de présentations d’accroche le samedi 23 juillet, à Toronto. La Compétition de présentations d’accroche d’AGE-WELL – Les technologies d’assistance pour les personnes atteintes de démence sera une belle occasion pour des entreprises en démarrage de faire rayonner leur marque auprès de partenaires et de clients potentiels. Quant aux entrepreneurs, ce sera l’occasion de réseauter avec des chercheurs de premier plan, des acteurs de l’industrie et des investisseurs lors de la réception à cette fin.