blank space

AGE-WELL’s first Innovators of Tomorrow

 (Français)

Eighty-seven trainees are the first to earn AGE-WELL Innovators of Tomorrow Certificates—a major step for emerging researchers and young professionals in their journey to become the next generation of leaders in the field of technology and aging.

“Congratulations to the trainees who have obtained these certificates, which demonstrate their transferable skills and comprehensive knowledge of the technology and aging field,” says Dr. Susan Jaglal, AGE-WELL’s crosscutting activity lead for training and mentorship.

“Part of AGE-WELL’s mandate is to train individuals who will produce social and economic benefits for Canada. It’s a phenomenal achievement for AGE-WELL to see so many trainees earn certificates in the first year of the network’s training program.”

To date, AGE-WELL has recruited 280 funded and affiliate trainees, also called highly qualified personnel (HQP), into its EPIC training program—Early Professionals, Inspired Careers. EPIC trains HQP to be industry, academic and community leaders in the development and introduction of technology to the health system and marketplace.

“It was an excellent experience,” says Dr. Ayse Kuspinar, a physiotherapist who did her post-doctoral fellowship at the University of Waterloo with the support of AGE-WELL, while also serving as president of the AGE-WELL HQP Advisory Committee.

Dr. Ayse Kuspinar

Dr. Ayse Kuspinar

“Being president, which counted toward my certificate requirements, helped me develop my leadership, communication and networking skills,” she says.

Dr. Kuspinar worked on an AGE-WELL project looking at barriers and facilitators of using health technology with older adults. She plans to continue as a researcher in aging and technology in her new position as assistant professor, physiotherapy, School of Rehabilitation Science at McMaster University.

There will be jobs in academia for about 25 per cent of trainees, while 75 per cent will seek careers in industry, non-profits and government, says Dr. Jaglal, who holds the Toronto Rehabilitation Institute Chair at the University of Toronto.

“By being associated with a network like AGE-WELL, you get to rub shoulders with industry leaders as well as policy makers, and experience what a job in those environments would entail.”

The first group of certificate recipients includes postdoctoral fellows, doctoral candidates, master’s students, undergraduate students, research assistants, research associates and clinicians from 20 institutions in six Canadian provinces. Their areas of specialty span engineering, computer science, rehabilitation science, education and social sciences.

To earn an Innovators of Tomorrow Certificate, trainees engage in a variety of activities including internships, exchanges, online courses, workshops, journal clubs, collaboration and mentorship within AGE-WELL and a maximum of three approved activities outside of the network.

Activities must fall into the four core competency areas including knowledge and technology exchange and exploitation, transdisciplinary research skills, ethics and understanding impact.

Dr. Alexander Moreno

Dr. Alexander Moreno

For Dr. Alexander Moreno, a psychologist/neuropsychologist and then-postdoctoral fellow at McGill University, a key activity involved a trip to Chile to attend the 3rd International Summer School on Aging at the University of Chile. Along with workshops and field visits, he worked with others to create a new innovation: a smart phone application designed to easy the isolation sometimes felt by older adults. Dr. Moreno is now a lecturer at the Université du Québec à Montréal, and still involved with AGE-WELL projects.

Most of the new certificate holders will actively continue with AGE-WELL while pursuing degrees or fellowships. Those who complete the training program and their academic goals are encouraged to remain involved in the network.

That’s exactly what Dr. Alexandra König is doing—all the way from Nice, France. Dr. König, who is originally from Germany but studied in Canada and the Netherlands, is a neuropsychologist with a special interest in technology and dementia. She did her AGE-WELL-funded postdoctoral fellowship at the University of Waterloo over the past year.

Dr. König recently started work as a clinical researcher at the Université Nice Sophia Antipolis and its teaching hospital. She is also working for a company that develops serious games for education and training, and is expanding into health care working with the older population.

Dr. Alexandra König (upper right) and team members at the AGE-WELL Summer Institute

Dr. Alexandra König (upper right) and team members at the AGE-WELL Summer Institute

In addition, Dr. König will be collaborating on projects with teams from AGE-WELL. “My goal after leaving Canada is to stay connected with AGE-WELL,” she says.

As a trainee in the EPIC program, Dr. König was particularly impressed with the AGE-WELL Summer Institute. It gave trainees a chance to work with expert mentors and develop solutions to improve the lives of older adults with dementia.

“The Summer Institute made me look at aspects of research I had never really considered before, such as commercialization and the need to bring solutions very quickly into people’s homes.”

Dr. Michelle Vanchu-Orosco, another recipient of the Innovators of Tomorrow Certificate, enthuses about her EPIC experience.

“One of the things you learn through transdisciplinary research is that you don’t know it all. Even if you are really savvy in your area, there are some questions you want to put out there. AGE-WELL is a good network for learning.”

During her time with AGE-WELL, Dr. Vanchu-Orosco completed a Graduate Certificate in Science and Technology Commercialization at the Beedie School of Business at Simon Fraser University (SFU).

Dr. Michelle Vanchu-Orosco

Dr. Michelle Vanchu-Orosco

Now she is finishing her postdoctoral fellowship at SFU on an AGE-WELL project focusing on digital storytelling for seniors. Until she worked on this project, Dr. Vanchu-Orosco hadn’t really considered the field of aging and technology. “AGE-WELL has piqued my interest,” she says.

“I think AGE-WELL will have a major influence on my career path because of all of the things I was able to do as part of the EPIC program. It shows that I can work in a transdisciplinary environment, take on multiple tasks and go to school at the same time.”

She plans to “sit down soon with a few people I’ve met because of AGE-WELL and they are going to help me tease out a future that combines my love of statistics, my background in software and my passion for working with older people.”


Première cohorte d’Innovateurs de demain d’AGE-WELL 

Quatre-vingt-sept : c’est le nombre de stagiaires que compte la première cohorte à décrocher le certificat Innovateurs de demain d’AGE-WELL, un grand pas pour ces chercheurs et jeunes professionnels de la relève qui formeront la prochaine génération de chefs de file dans les domaines de la technologie et du vieillissement.

“Félicitations aux stagiaires qui ont obtenu ce certificat, un gage de leur savoir-faire transférable et de leur fine connaissance des domaines de la technologie et du vieillissement”, souligne Susan Jaglal, chef du volet multidisciplinaire de la formation et du mentorat à AGE-WELL.

“AGE-WELL a notamment pour mission de former des personnes qui auront une portée sociale et économique pour le Canada. C’est donc une immense réalisation pour AGE-WELL de voir autant de stagiaires décrocher le certificat à la toute première année du programme de formation de notre réseau.”

À ce jour, AGE-WELL a recruté 280 stagiaires boursiers et affiliés, aussi appelés personnel hautement qualifié (PHQ), dans son programme de formation EPIC – Jeunes professionnels, carrières inspirées. Ce programme forme les membres du PHQ pour en faire des figures de proue de l’industrie, du milieu universitaire et de la collectivité dans le développement et l’intégration de technologies au sein du système de santé et sur le marché.

Dr. Ayse Kuspinar

Ayse Kuspinar

“Ce fut une superbe expérience “, confie la docteure en physiothérapie Ayse Kuspinar, qui a fait son postdoctorat à l’Université de Waterloo avec le soutien d’AGE-WELL, tout en présidant le comité consultatif du PHQ du réseau.

“Assurer la présidence, un rôle crédité dans le cadre de mon certificat, m’a aidée à développer mes aptitudes comme dirigeante et communicatrice, mais aussi ma capacité de réseautage”, explique-t-elle.

Mme Kuspinar a participé à un projet d’AGE-WELL s’intéressant à ce qui freine et facilite l’emploi des technologies de la santé chez les aînés. Elle prévoit d’ailleurs poursuivre ses travaux de recherche sur le vieillissement et les technologies dans ses nouvelles fonctions de professeure adjointe en physiothérapie à l’école des sciences de la réadaptation de l’Université McMaster.

Pour 25 pour cent des stagiaires, il y a un emploi dans le milieu universitaire en fin de parcours, alors que pour l’autre tranche de 75 pour cent, les débouchés seront au sein du privé, d’organisations sans but lucratif et du public, explique Mme Jaglal, titulaire de la chaire du Toronto Rehabilitation Institute, à l’Université de Toronto.

“L’association avec un réseau tel AGE-WELL permet de côtoyer des figures de proue de l’industrie et des décideurs, mais aussi de capter ce que signifie travailler dans ces milieux”, ajoute-t-elle.

Figurent parmi les premiers titulaires de ce certificat des boursiers postdoctoraux, des doctorants, des étudiants à la maîtrise et au premier cycle, des associés et adjoints de recherche de même que des cliniciens issus de vingt institutions établies dans six provinces canadiennes. Leurs champs d’expertise sont pluriels : génie, sciences informatiques, sciences de la réadaptation, éducation et sciences sociales.

Différentes avenues s’offrent aux aspirants au certificat Innovateurs de demain. Stages, échanges, cours en ligne, ateliers, clubs de lecture, occasions de collaboration et de mentorat dans le réseau d’AGE-WELL et trois activités approuvées hors réseau au maximum font effectivement partie du parcours proposé.

Les activités choisies doivent en outre s’inscrire dans les quatre axes de compétences fondamentales du programme, soit Savoir, partage et exploitation des technologies, Recherche transdisciplinaire, Éthique et Compréhension de l’impact.

Dr. Alexander Moreno

Alexander Moreno

Pour Alexander Moreno, psychologue/neuropsychologue puis boursier postdoctoral à l’Université McGill, son expérience aura été marquée par un voyage au Chili pour participer à la troisième édition de l’International Summer School on Aging, à l’Université du Chili. Au-delà des ateliers et des visites terrain auxquels il a pu prendre part, ce fut aussi l’occasion pour lui et des pairs d’innover en créant une application pour téléphone intelligent conçue pour briser le sentiment d’isolement que ressentent parfois les aînés. M. Moreno est maintenant chargé de cours à l’Université du Québec à Montréal et continue de participer à des projets d’AGE-WELL.

La plupart des nouveaux titulaires du certificat demeureront bien impliqués au sein d’AGE-WELL tout en poursuivant leur cheminement comme étudiants ou chercheurs postdoctoraux. Quant à ceux qui ont terminé le programme de formation et atteint leurs objectifs universitaires, ils sont encouragés à demeurer actifs dans le réseau.

C’est exactement que ce fait Alexandra König depuis Nice, en France. Mme König, une neuropsychologue d’origine allemande qui a fait ses études au Canada et aux Pays-Bas, s’intéresse tout particulièrement à la technologie et à la démence. Boursière d’AGE-WELL, elle a d’ailleurs réalisé des travaux de recherche postdoctorale à l’Universitié de Waterloo au cours de la dernière année.

Dr. Alexandra König (upper right) and team members at the AGE-WELL Summer Institute

Alexandra König (en haut à droite) et les membres de l’équipe de l’Institut d’été d’AGE-WELL

Mme König a récemment commencé à travailler comme chercheuse clinicienne à l’Université Nice Sophia Antipolis et à son hôpital universitaire. Elle travaille aussi pour une entreprise qui conçoit des jeux sérieux à des fins éducatives et de formation, et qui commence à développer le volet des soins de santé pour la population plus âgée.

Qui plus est, Mme König collaborera à des projets avec différentes équipes d’AGE-WELL. “Mon objectif quand j’aurai quitté le Canada est de rester liée à AGE-WELL”, dit-elle.

Comme stagiaire du programme EPIC, Mme König a été particulièrement impressionnée par l’Institut d’été d’AGE-WELL. C’est là l’occasion pour les stagiaires de travailler avec des mentors chevronnés et de concevoir des solutions visant à améliorer la vie d’aînés atteints de démence.

“L’Institut d’été m’a permis de découvrir des dimensions de la recherche auxquelles je ne m’étais pas vraiment frottée auparavant, comme la commercialisation et la nécessité de faire entrer rapidement les solutions chez les gens.”

Michelle Vanchu-Orosco, autre titulaire du certificat Innovateurs de demain, se réjouit pour sa part de son expérience dans le programme EPIC.

“L’une des choses que la recherche multidisciplinaire t’apprend, c’est que tu ne sais pas tout. Même si tu es vraiment calé dans ton domaine, tu as des questions à poser. AGE-WELL est en cela un très bon réseau pour l’apprentissage”, explique-t-elle.

Durant son passage à AGE-WELL, Mme Vanchu-Orosco a terminé un certificat de cycle supérieur en science et commercialisation de la technologie à l’école de gestion Beedie, de l’Université Simon Fraser (SFU).

Dr. Michelle Vanchu-Orosco

Michelle Vanchu-Orosco

Boursière postdoctorale à SFU, elle y termine actuellement un projet de recherche d’AGE-WELL s’intéressant à la narration numérique pour les aînés.  Avant de participer à ce projet, Mme Vanchu-Orosco n’avait jamais vraiment envisagé les domaines du vieillissement et de la technologie. “AGE-WELL a piqué ma curiosité”, confie-t-elle.

“Je pense qu’AGE-WELL influencera grandement mon cheminement de carrière pour toutes ces choses que j’ai pu réaliser dans le programme EPIC. Cela confirme que je peux travailler en contexte transdisciplinaire et assumer plusieurs tâches tout en étudiant.”

Elle prévoit d’ailleurs rencontrer rapidement quelques personnes connues par l’entremise d’AGE-WELL qui pourront l’aider à esquisser un parcours jumelant son amour des statistiques, son expérience en matière de logiciels et sa passion de travailler auprès des aînés.