blank space

Taking part in AGE-WELL research

(Français)

Ian Goldman has a message for older adults and caregivers interested in getting involved with an AGE-WELL research project: “Jump in!”

That’s what Goldman did in 2016 when he heard about an AGE-WELL project looking for older adults to participate as research partners advising on all aspects of the research process.

“It piqued my curiosity from the outset and I thought I could give the project some lived experience,” says Goldman, a former IT business analyst who volunteers as a teacher of older adults and “distance manages” care for his mother in the UK.

Goldman is part of a group of older adults advising on an AGE-WELL project called OA-INVOLVE. It’s co-led by Drs. Susan Kirkland (Dalhousie University) and Judith Sixsmith (University of Dundee). They are joined by co-investigators Drs. Pia Kontos (Toronto Rehab-University Health Network) and Kieran O’Doherty (University of Guelph).

OA-INVOLVE aims to develop best practices to support the active involvement of older adults in AGE-WELL projects. The work focuses on understanding how to best incorporate the experience and insight of older adults in aging and technology research.

“It is a meaningful project. We provide life experience and help in some decisions about the way the project is going. All of us have stepped forward because we want to contribute to older adults’ lives and we want to see outcomes,” says Goldman, a Toronto resident.

The group – which also includes older adults in Halifax, Vancouver and Guelph – provides advice through national video conferences and local sessions. Recently, members had a chance to meet in person at AGE-WELL’s Annual Conference in Winnipeg.

Ian Goldman (centre) with members of the OA-INVOLVE research project at the AGE-WELL Annual Conference in Winnipeg in October 2017.

Ian Goldman (centre) with members of the OA-INVOLVE research project at the AGE-WELL Annual Conference in Winnipeg in October 2017.

Whether reviewing interim findings or developing selection criteria for older people involved in case studies, the group plays an active part in shaping the research agenda.

“It has been rewarding. It has kept my grey cells firing,” says Goldman, who describes the experience as an opportunity to ‘give back.’ Goldman worked for 30 years on IT projects, including 10 for Sanofi Pasteur (previously Connaught Vaccine Development Labs).

He has a strong interest in technology and aging, and believes advanced technologies in areas such as artificial intelligence can improve quality of life for older people and their caregivers.

A founding member and co-chair of the Senior’s Advisory Panel to the Centre for Aging and Brain Health Innovation (CABHI), Goldman volunteers in various seniors’ centres showing clients how to use software and social media to stay connected with family, friends and interests. He has also acted as a co-facilitator for the Minds in Motion program of the Alzheimer Society of Toronto.

“I’m fond of technology. I’m not a geek, but I love to see something that’s new and get a taste of it, and see whether it’s going to be useful to someone.”

It’s one of the reasons Goldman joined a second AGE-WELL project, called CARE-RATE. The research team is developing a one-stop online platform where people can find assistive technologies, services, resources and other information that will support them as caregivers of people with dementia.

What makes the platform unique is the use of a new type of artificial intelligence called cognitive computing, a much more powerful and specific tool than a typical search engine.

Says Goldman: “It didn’t take any persuading for me to get involved.”

CARE-RATE is co-led by Drs. Jen Boger (University of Waterloo) and Frank Rudzicz (Toronto Rehab-UHN/U of T/Vector).

If you are interested in taking part in an AGE-WELL research project, please click here or email: info@agewell-nce.ca

 

Participation à la recherche d’AGE-WELL

Ian Goldman a un message pour les personnes âgées et les aidants naturels qui souhaitent prendre part à un projet de recherche d’AGE-WELL. “N’hésitez pas!”

C’est ce que M. Goldman a fait en 2016 quand il a entendu parler d’un projet pour lequel AGE-WELL cherchait des personnes âgées pour agir comme partenaires de recherche donnant des conseils sur tous les aspects du processus de recherche.

“Ma curiosité a été piquée dès le début et je me suis dit que le projet pouvait tirer parti de mon vécu”, souligne M. Goldman, un ancien analyste des activités liées à la TI qui travaille comme professeur bénévole auprès d’aînés et qui « gère à distance » les soins pour sa mère au Royaume-Uni.

Goldman fait partie d’un groupe de personnes âgées proposant leurs conseils dans le cadre d’un projet d’AGE-WELL appelé OA-INVOLVE. Ce dernier est codirigé par Suzan Kirkland (Université Dalhousie) et Judith Sixsmith (Université de Dundee). Elles sont épaulées par les cochercheurs Pia Kontos (Institut de réadaptation de Toronto – Réseau universitaire de santé) et Kieran O’Doherty (Université de Guelph).

Le projet OA-INVOLVE vise à élaborer des pratiques exemplaires pour favoriser la participation active de personnes âgées dans les projets d’AGE-WELL. Le travail s’attache à comprendre comment intégrer le mieux possible l’expérience et les connaissances des aînés dans la recherche sur le vieillissement et la technologie.

“C’est un projet important. Nous offrons des expériences concrètes et orientons certaines décisions portant sur le déroulement du projet. Nous avons tous accepté d’y prendre part parce que nous voulons apporter une contribution à la vie d’autres aînés et voir les résultats obtenus”, avoue M. Goldman, un résident de Toronto.

Le groupe, qui comprend également des personnes âgées d’Halifax, de Vancouver et de Guelph, donne des conseils au moyen de vidéoconférences nationales et de séances locales. Les membres ont eu la chance récemment de se rencontrer à la conférence annuelle d’AGE-WELL à Winnipeg.

Ian Goldman (au centre) avec des membres du projet de recherche OA-INVOLVE à la conférence annuelle d’AGE-WELL à Winnipeg en octobre 2017.

Ian Goldman (au centre) avec des membres du projet de recherche OA-INVOLVE à la conférence annuelle d’AGE-WELL à Winnipeg en octobre 2017.

Qu’il s’agisse d’examiner des conclusions provisoires ou de définir des critères de sélection pour les personnes âgées participant à des études de cas, le groupe contribue activement à établir le programme de recherche.

“L’expérience a été enrichissante. Elle a permis à mes cellules grises de rester en grande forme”, admet M. Goldman qui décrit l’expérience comme une occasion de donner en retour. M. Goldman a travaillé pendant 30 ans à des projets de TI, dont 10 pour Sanofi Pasteur (auparavant Laboratoires Connaught).

Il est vivement intéressé par la technologie et le vieillissement et croit que les technologies de pointe dans des domaines comme l’intelligence artificielle peuvent améliorer la qualité de vie des personnes âgées et des aidants naturels.

Membre fondateur et coprésident du comité consultatif des aînés pour le Centre d’innovation canadien sur la santé du cerveau et le vieillissement (Centre for Aging and Brain Health Innovation ou CABHI), M. Goldman donne de son temps dans divers centres pour personnes âgées dans le but de montrer à celles-ci comment se servir des logiciels et des médias sociaux afin de rester en contact avec leur famille et leurs amis et de continuer d’être au fait des sujets qui les intéressent. Il a également agi comme coanimateur du programme Minds in Motion de la Société Alzheimer de Toronto.

“La technologie me passionne. Je ne suis pas un parfait technophile, mais j’aime bien essayer de nouveaux produits et voir si ça peut être utile à quelqu’un.”

C’est l’une des raisons pour lesquelles M. Goldman s’est joint à un deuxième projet d’AGE-WELL, appelé CARE-RATE. L’équipe de projet met au point une plateforme en ligne à guichet unique qui permet aux personnes de trouver des technologies, des services et des ressources d’assistance ainsi que d’autres renseignements qui les aideront dans leur rôle d’aidants de personnes atteintes de démence.

Le caractère unique de cette plateforme est attribuable à l’utilisation d’un nouveau type d’intelligence artificielle appelé informatique cognitive, un outil beaucoup plus puissant et précis qu’un moteur de recherche standard.

Selon M. Goldman : “Il n’a pas fallu user de beaucoup de persuasion pour m’amener à participer.”

Le projet CARE-RATE est codirigé par Jen Boger (Université de Waterloo) et Frank Rudzicz (Institut de réadaptation de Toronto – Réseau universitaire de santé/Université de Toronto/Institut Vecteur).

Si vous désirez participer à un projet de recherche d’AGE-WELL, veuillez cliquer ici ou envoyer un courriel à info@agewell-nce.ca.