blank space

Representing AGE-WELL at the United Nations 

(Français)

AGE-WELL research came to the world stage last week when network investigator Dr. Rosalie Wang presented to a session at United Nations Headquarters in New York focused on digital skills for the aging population.

Speaking at a side event at the 56th session of the UN’s Commission for Social Development, Dr. Wang told attendees that Canadian research in the area of user-centred design offers solutions to the challenge of developing―including digital technologies―to support older adults.

RosalieUNDr. Wang, an assistant professor at the University of Toronto and a Toronto Rehab affiliate scientist, highlighted three AGE-WELL projects that integrate older people into the design of technology products and services in order to create useful innovation that takes into account the needs and skills of all older people:

* Research led by Dr. Cosmin Munteanu (University of Toronto), which critically examines and adapts the user experience design process employed in the digital technology industry to ensure meaningful engagement of older people, said Dr. Wang, is getting us “closer and closer to products and services that are useful and meaningful for seniors.” Dr. Munteanu, for example, is developing a new tool that will simplify Internet health information by instantly transforming online text to a person’s reading level. Older adults are being consulted on questions such as how much of a website to translate, how to display material and other aspects of usability.

* A project co-led by Drs. Megan O’Connell and Debra Morgan (University of Saskatchewan), Dr. Kristen Jacklin (Northern School of Medicine) and Dr. Carrie Bourassa (Health Sciences North Research Institute) is exploring the critically important technology needs of those who live in rural, remote and Indigenous communities. The team is using mainstream and Indigenous research methodologies “so there’s an optimal opportunity for success,” said Dr. Wang.

* Dr. Wang herself is leading research on better understanding the services, programs and policies needed by older adults and their caregivers to access and use information communication technologies (ICTs) for daily activity participation and social inclusion.

She told the gathering that AGE-WELL’s extensive research partnerships in the area of technology and aging in Canada are “a good testament of how inclusive we are.” Key among AGE-WELL’s partners are the people who will actually use the technology products and services developed through AGE-WELL. The network’s more than 60 projects include digital games to encourage social connectedness and reduce loneliness, and social robots that can prompt people with cognitive impairment to do daily activities and will make “virtual” medical visits possible.

Dr. Wang is a member of an AGE-WELL research theme that focuses on the ethical, cultural and social aspects of technology. The project that she co-leads within this theme examines how technologies are accessed in Canada, and it works with stakeholders to support policy development that improves access in a fair way.

Dr. Wang was invited to address the session by the Division for Social Policy and Development of the UN Department of Economic and Social Affairs, which hosts the annual Commission for Social Development. The main theme of this 56th meeting, held January 29 to February 7, was “Strategies for eradicating poverty to achieve sustainable development for all.”

The side event, titled “Why are digital skills critical for older persons?”, was co-sponsored by the Permanent Mission of Japan to the UN and Waseda University in Tokyo. Speakers included Masako Wakamiya, an 82-year-old Japanese software programmer who develops smartphone apps for seniors. There were representatives of Older Adults Technology Services (OATS), a non-profit organization that does free computer training for seniors, and AARP, the interest group that focuses on the elderly. A recent AARP International report revealed that in the United States, more than 30 per cent of people over 65 are not online. In Turkey and Mexico, about 90 per cent of people over 65 have never used the Internet, while in China it’s more than 85 per cent and in Brazil it’s over 75 per cent.

In her remarks, Dr. Wang emphasized that older people face more than technical barriers in acquiring and improving digital skills. Broader social and political factors include ageism that is “often internalized by seniors themselves,” she noted, so they don’t expect to participate in technology development and use as equals.

Another issue is the need to embrace the vast diversity of older people “so we can design products and services that better meet the needs of seniors,” she said. Supporting citizenship of seniors is also critical, she suggested, as is recognizing the right of older people to benefit from the technologies around them.

Trained as an occupational therapist, Dr. Wang is a member of the University of Toronto’s Intelligent Assistive Technology and Systems Lab (IATSL) and the Department of Occupational Science and Occupational Therapy.

Watch the side event “Why are Digital Skills Critical for Older Persons” on UN Web TV

Représentation d’AGE-WELL aux Nations Unies 

La recherche d’AGE-WELL a fait son entrée sur la scène mondiale la semaine dernière. Lors d’une session au siège social des Nations Unies à New York,  Rosalie Wang, chercheuse du réseau, a donné une présentation sur les aptitudes numériques de la population vieillissante.

Mme Wang était conférencière dans le cadre d’un événement parallèle de la 56e session de la Commission du développement social des Nations Unies. Elle a indiqué aux participants que la recherche effectuée au Canada en matière de conception axée sur l’utilisateur offre des solutions aux problèmes de mise au point – y compris les technologies numériques – afin d’aider les personnes âgées.

Mme Wang est professeure adjointe à l’université de Toronto et scientifique affiliée au Toronto Rehabilitation Institute. Elle a présenté trois projets d’AGE-WELL qui intégraient des personnes âgées à la conception de produits et services technologiques afin de créer des innovations utiles qui tiennent compte des besoins et aptitudes de tous les aînés. RosalieUN

* Mme Wang a déclaré que la recherche dirigée par le Cosmin Munteanu (université de Toronto), qui jette un regard critique sur le processus de conception de l’expérience utilisateur dans l’industrie des technologies numériques et l’adapte pour assurer un engagement significatif des personnes âgées nous rapproche “de plus en plus de produits et service utiles pour les aînés”.

M. Munteanu, par exemple, est en train de mettre au point un outil qui simplifie les renseignements numériques sur Internet en adaptant instantanément le texte en ligne au niveau de lecture de la personne. On consulte actuellement les personnes âgées sur des questions comme la proportion d’un site Web à traduire, l’affichage de documents et d’autres aspects de la convivialité.

* Un projet codirigé par Megan O’Connell et Debra Morgan (université de la Saskatchewan), Kristen Jacklin (École de médecine du Nord de l’Ontario) et Carrie Bourassa (Institut de recherches l’Horizon Santé-Nord) explore les besoins technologiques cruciaux des populations rurales et éloignées et des Autochtones. L’équipe utilise des méthodologies de recherche courantes et autochtones “afin d’optimiser la probabilité de réussite”, a déclaré Mme Wang.

* Mme Wang dirige un projet de recherche qui vise une meilleure compréhension des services, des programmes et des politiques requis par les personnes âgées et leurs aidants pour accéder aux technologies de l’information et des télécommunications (TIC) et les utiliser aux fins de participation aux activités quotidiennes et d’inclusion sociale.

Mme Wang a indiqué à l’auditoire que les importants partenariats de recherche d’AGE-WELL en matière de technologie et de vieillissement de la population au Canada “reflètent bien notre degré d’inclusivité”. Parmi les partenaires d’AGE-WELL, on compte notamment les personnes qui utiliseront réellement les technologies et les services élaborés par cette entreprise. Les quelque 60 projets du réseau comprennent des jeux numériques visant à favoriser les rapports sociaux et à réduire la solitude, ainsi que des robots sociaux qui peuvent rendre possibles les visites médicales « virtuelles » et inciter les personnes qui ont une déficience cognitive à exercer des activités quotidiennes.

Mme Wang est membre d’une équipe de recherche d’AGE-WELL qui concentre ses efforts sur les aspects éthiques, culturels et sociaux de la technologie. L’équipe qu’elle codirige relativement à ce thème examine l’accès aux technologies au Canada. Elle travaille avec les intervenants pour favoriser l’élaboration de politiques qui visent à assurer un accès équitable.

Mme Wang donnait une présentation à l’invitation de la Division des politiques sociales et du développement social du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, qui anime chaque année la Commission du développement social. Le thème principal de cette 56e session, qui s’est tenue du 29 janvier au 7 février, était “Stratégies pour l’éradication de la pauvreté pour parvenir à un développement durable pour tous”.

L’événement parallèle, qui s’intitulait : “Why are digital skills critical for older persons?” (Pourquoi les aptitudes numériques sont-elles essentielles chez les personnes âgées?), était commandité par la Mission permanente du Japon auprès de l’Organisation des Nations Unies et l’université Waseda à Tokyo. L’un des conférenciers était Masako Wakamiya, une programmeuse de logiciels japonais âgée de 82 ans qui met au point des applications pour téléphone intelligent pour les personnes âgées. On comptait également des représentants d’Older Adults Technology Services (OATS), un organisme sans but lucratif qui offre sans frais une formation en informatique aux aînés, et d’AARP, le groupe d’intérêt axé sur les personnes âgées. Un rapport récent d’AARP International révélait qu’aux États-Unis, plus de 30 pour cent des personnes de plus de 65 ans ne vont pas en ligne. En Turquie et au Mexique, environ 90 pour cent des personnes de plus de 65 ans n’ont jamais utilisé Internet. Cette proportion s’élève à plus de 85 pour cent en Chine et à plus de 75 pour cent au Brésil.

Dans son allocution, Mme Wang a insisté sur le fait que les personnes âgées n’étaient pas aux prises uniquement avec des obstacles techniques lorsqu’il s’agissait d’acquérir ou d’améliorer leurs aptitudes numériques. Parmi les facteurs sociaux et politiques plus généraux, on note l’âgisme, qui est “souvent intériorisé par les aînés eux-mêmes”, a-t-elle fait remarquer. Les personnes âgées ne s’attendent donc pas à participer d’égal à égal au développement et à l’utilisation de la technologie.

Un autre problème est la nécessité de tenir compte de la grande diversité des personnes âgées, “afin que nous puissions concevoir des produits et des services qui répondent mieux aux besoins des aînés”, a indiqué Mme Wang. Il est également essentiel d’appuyer les droits des personnes âgées à titre de citoyens à part entière, a-t-elle suggéré, ainsi que leur droit de profiter des technologies qui les entourent.

Ergothérapeute de formation, Mme Wang est membre de la Intelligent Assistive Technology and Systems Lab (IATSL) et du Department of Occupational Science and Occupational Therapy de l’université de Toronto.

Regardez l’événement parallèle « Why are Digital Skills Critical for Older Persons » sur la Web TV de l’ONU