blank space

Taking action on falls

(Français)

Wilma de Young skis with her son.

Wilma de Young skis with her son.

After downhill skiing for most of her life, Wilma de Young has no intention of stopping now, even though she is in her late sixties and has osteoporosis. Her doctor encourages physical activity and de Young is a strong believer in its benefits. But she knows a hip fracture would be a serious matter and so she has been exploring ways of protecting herself. That brought her to AGE-WELL, where she learned about next-generation hip protectors—ones that attach directly to the skin.

“I really liked the idea,” she says. “I want to keep skiing. I really love it and physical exercise is not only good for the body but the mind.”

Injuries from falls are devastating and all too common among older people. Hip protectors have been shown to significantly reduce the risk of fractures from falls, but the challenge is convincing people to wear them consistently.

Dr. Steve Robinovitch shows a hip protector.

Dr. Steve Robinovitch shows a hip protector.

The stick-on hip protectors are the creation of an AGE-WELL-supported research team. Instead of garment-based hip protectors, which need frequent laundering, the stick-on ones can be worn for up to 21 days before being replaced. The researchers are working with partner Blue Tree Medical to get the product to market and make it widely available—including for people like Wilma de Young.

The work is part of a larger project called PRED-FALL focused on developing innovative technologies to predict, prevent and detect falls.

“I think that this is an exciting time, where AGE-WELL is helping to lead the way,” says Dr. Steve Robinovitch, a professor in the School of Engineering Science at Simon Fraser University and co-lead of PRED-FALL.

As PRED-FALL co-lead Dr. Fabio Feldman points out, an overriding thread of the team’s work is to focus on injury prevention, and not only on fall prevention. He encourages the same type of thinking on the part of long-term care staff—so that residents aren’t discouraged from physical activity and the benefits it can bring. Dr. Feldman is director, Clinical Quality and Patient Safety for Fraser Health.

Postdoctoral fellow Dr. Vicki Komisar tests the hip protector in the lab.

Postdoctoral fellow Dr. Vicki Komisar tests the hip protector in the lab.

Prendre des mesures pour prévenir les chutes

Wilma de Young skie avec son fils.

Wilma de Young skie avec son fils.

Après avoir fait du ski alpin pendant la majeure partie de sa vie, Wilma de Young n’a pas l’intention de s’arrêter maintenant, même si elle est dans la soixantaine avancée et qu’elle souffre d’ostéoporose. Son médecin encourage l’activité physique, et Mme de Young croit fermement à ses bienfaits. Mais elle sait qu’une fracture de la hanche serait grave; elle s’est donc penchée sur des façons de se protéger. Ces recherches l’ont mené à AGE-WELL, où elle a pris connaissance des protecteurs de hanche de la prochaine génération, qui s’attachent directement à la peau.

« J’ai vraiment aimé l’idée, dit-elle. Je veux continuer à skier. J’adore ça, et l’exercice physique n’est pas seulement bon pour le corps, mais aussi pour l’esprit. »

Les blessures dues aux chutes sont dévastatrices pour les personnes âgées et malheureusement trop fréquentes. Il a été démontré que les protecteurs de hanche réduisent de façon importante le risque de fractures en cas de chute, mais le défi consiste à convaincre les gens de les porter systématiquement.

Steve Robinovitch présente un protecteur de hanche.

Steve Robinovitch présente un protecteur de hanche.

Les protecteurs de hanche autoadhérents sont le fruit du travail d’une équipe de recherche soutenue par AGE-WELL. Comparativement aux protecteurs de hanche intégrés à un vêtement qui nécessitent un lavage fréquent, les protecteurs autoadhérents peuvent être portés jusqu’à 21 jours avant d’être remplacés. Les chercheurs travaillent avec un partenaire, Blue Tree Medical, pour mettre le produit sur le marché et le rendre largement accessible, y compris pour des gens comme Mme de Young.

Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un projet plus vaste appelé PPD-CHUTE, qui vise à mettre au point des technologies novatrices pour prévoir, prévenir et détecter les chutes.

« Je pense que nous traversons actuellement une période stimulante, où AGE-WELL contribue à ouvrir la voie », déclare Steve Robinovitch, professeur à l’École des sciences du génie de l’Université Simon Fraser et codirecteur de PPD-CHUTE.

Comme l’a souligné Fabio Feldman, coresponsable du projet PPD-CHUTE, le travail prioritaire de l’équipe porte sur la prévention des blessures et non seulement sur la prévention des chutes. Il encourage le même genre de réflexion de la part du personnel des soins de longue durée, afin que les résidents ne soient pas dissuadés de faire de l’activité physique et profitent des avantages que cette dernière peut apporter. M. Feldman est directeur de la qualité clinique et de la sécurité des patients chez Fraser Health.

Vicki Komisar, boursière postdoctorale, procède à la mise à l’essai du protecteur de hanche.

Vicki Komisar, boursière postdoctorale, procède à la mise à l’essai du protecteur de hanche.